Artisanat à Angkor

Jeudi 19 novembre

Seb et Stéphanie traînent un rhume grippe depuis quelques jours. Nous sommes fatigués et décidons de ne rien faire aujourd’hui. Nous nous reposons à la Guesthouse. Nous lisons et faisons travailler les enfants. Une petite journée off comme nous devrions en faire plus souvent… ; )

Vendredi 20 novembre

Nous sommes toujours un peu fatigués mais nous décidons de reprendre nos activités. Nous commençons par la visite des ateliers « Les Artisans d’Angkor ». Nous y découvrons différents corps de métier:

  1. Le bois : préparation des billots, sculpture et polissage du bois
  2. Le grès : différents types de roches plus ou moins tendres en fonction des besoins, et évidemment différents coloris, puis préparation de la pierre avec des tracés grossiers et ensuite la sculpture proprement dite.
  3. La laque : nous passons assez vite car nous l’avions déjà vu en Chine avec le passage d’une dizaine de couches de vernis et polissage.

Nous voyons aussi comment ils recouvrent de micro feuilles d’or certaines statues. En fait, ils possèdent un bocal rempli de feuillets d’or. Ils en prennent une poignée et l’étalent grossièrement sur la statue recouverte de colle. Ensuite ils améliorent le rendu avec des morceaux de feuilles plus larges.

Nous reprenons notre Tuk Tuk pour visiter la « Silk Farm »: un élevage de vers à soie situé à 10km de Siem Reap. La visite est extrêmement intéressante. Nous avons un guide parlant français. C’est bien plus simple pour les enfants. La visite se fait en plusieurs étapes :

  1. Visite des champs de Muriers, récolte des feuilles servant d’aliment pour les vers à soie.
  2. Visite de la magnanerie : salle sur pilotis isolée du sol sur des poteaux encerclés par de l’eau pour éviter les fourmis et autres insectes rampants et entourée de grillage fin pour éviter les mouches et autres insectes volants. Les vers sont élevés ici. Une fois installés dans leur cocon, 80% des vers servent au tissage, 20% partent à la reproduction.
  3. Les cocons utilisés pour leur fil sont tués en les laissant au soleil. Ensuite, ils sont trempés dans de l’eau bouillante pour en extraire le premier fil.
  4. Un cocon représente environ 400 m de fil dont les 100 premiers sont de la soie sauvage plus épaisse et plus granuleuse.
  5. Pour former un fil, une trentaine de cocon sont utilisées simultanément. Le tout est enroulé sur une première bobine. La soie sauvage sera « nettoyée » en supprimant les plus grosses impuretés.
  6. Les fils sont ensuite enroulés sur différentes bobines pour les assouplir et les mettre en forme.
  7. Différents colorants naturels ou chimiques sont utilisés. Les colorants naturels sont étonnants. Ils sont à base de bois, de rouille, d’écorce de noix de coco, d’herbes diverses.
  8. Une fois séché, le fil teint est placé sur sa bobine définitive et utilisé dans les métiers à tisser.

Nous parcourons rapidement les métiers à tisser car nous les avions déjà visités au Lac Inle en Birmanie.

Nous partons ensuite visiter l’atelier des « Senteurs d’Angkor » . C’est ici que travaille notre ami Chunda. Senteurs d’Angkor propose des produits à base de bougies, de savons le tout dans des packaging très jolis, utilisant des matériaux locaux comme les feuilles de palmiers pour la confection des boîtes. Le manager nous accueille avec gentillesse. Il nous connaît un peu. Chunda lui avait décrit notre projet. Il nous laisse ensuite avec une guide : elle nous présente les différents types d’emballage à base de bambous avec des coloris époustouflants. Nous visitons aussi un jardin de senteurs aux plantes aromatiques. Pendant la visite, nous rencontrons Véronique. Elle est française et travaille ici pour aider à l’amélioration de la qualité des savons. Elle nous a été présentée comme une grande voyageuse. En effet, elle a fait un tour du monde en voiliers avec sa famille il y a quelques années. Nous échangeons sur les voyages, la famille, le retour au pays …

Nous déjeunons ensuite dans le vieux Siem Reap. Nous prenons des plats locaux dont le fameux Amok, sorte de soupe, purée avec des épices agrémentée de poisson, ou du poulet. Les enfants se régalent.

Nous constatons que nous sommes trop fatigués pour repartir en excursion. Nous avions prévu d’aller sur l’énorme lac au sud de Siem Reap. Nous avons encore les images du Lac Inle en tête et nous sommes fatigués à cause de notre rhume grippe. Nous annulons et rentrons à la guesthouse. Nous nous reposons au calme.

Nous lisons et les enfants jouent avec les enfants du proprio. Nous ne les voyons pas de l’après-midi. Les enfants découvrent par hasard un élevage de crocodiles juste derrière la guesthouse. Une centaine de bêtes sont avachies sur le terrain voisin! C’est Impressionnant! Elles ont la gueule grande ouverte profitant de la chaleur. Nous dînons sur place et nous nous couchons de bonne heure.

2 réflexions au sujet de « Artisanat à Angkor »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *