Back to Europe

Dimanche 25 juillet

Ce matin, nous nous levons vers 5h30 du matin car à 6h, nous faisons notre dernière visite sur l’île. Nous profitons de la délicieuse lumière du petit matin, donnant quelques reflets prune sur la mer. C’est le calme absolu. Nous sommes spectateurs de la vie matinal des oiseaux. Les pélicans sont déjà en train de pêcher. La mangrove verte se reflète dans l’eau telle une Å“uvre impressionniste. Nous avons vraiment la sensation d’être dans le tableau d’un artiste. C’est magique! Une merveille de la nature. Lorsque nous souhaitons immortaliser ce moment, Seb s’aperçoit qu’il a laissé la carte mémoire de l’appareil photo dans l’ordinateur. Nous profitons donc pleinement de ce moment, sans photo ni film. Quelques tortues pointent le bout de leur nez hors de l’eau, de magnifiques raies léopards nagent majestueusement à la surface de l’eau. Ici, nous sommes bel et bien dans un monde réservé à la vie animale. L’homme n’y a pas vraiment de place et c’est très bien ainsi.

Les rayons du soleil réveillent notre visage encore un peu endormi. Nous remontons à bord et sortons nos bagages des cabines. Voilà, c’est la fin de notre merveilleuse semaine aux Galapagos. Le zodiac nous ramène au débarcadère. Puis un bus nous dépose à l’aéroport. Nous avons l’impression de rembobiner le film.

Nous enregistrons les bagages et disons au revoir aux hollandais. Lukas et Livia ainsi que Christine et François prennent le même avion que nous. Un dernier mot au guide Jimmy, une dernière bise de la part des enfants et nous partons. Nous quittons le paradis des animaux.

Arrivés à Guayaquil, le reste du groupe se sépare. Drôle de sensation… Nous avons plus de 12 heures devant nous car notre vol est à 22h30. Nous patientons dans un café.

Bracelets brésiliens, internet, skype, DS, café, snack etc, les heures défilent. Nous ne voyons pas le temps passer. Il est presque 19 heures lorsque nous apprenons que l’avion est retardé. Apparemment, l’avion a besoin de changer quelques pièces. Ce n’est pas à 22h30 que nous décollerons mais à 1h30 du matin. Ce n’est pas la même histoire….

Nous prenons notre mal en patience mais sommes un peu déçus. Nous allons rater notre connexion pour Londres.

Vers minuit, nous sommes appelés à nous présenter au comptoir. Ils souhaitent faire un contrôle de nos bagages déjà pourtant enregistrés. Que se passe-t-il? Des coquillages détectés, des pierres volcaniques suspectes? La pression monte! Et la fatigue se fait sentir… Seb part avec un homme de la sécurité. En fait, il cherche de la drogue. Le chien renifle les sacs et l’homme retourne le sac dans tous les sens. Stef est inquiète. Elle sait qu’il ne faut rien ramener des Galapagos mais quelques coquillages sont dans le sac. En final, Seb revient avec le sourire. Tout va bien.

Nous embarquons vers 1h30 du matin. Au moment de décoller, le commandant de bord, nous dit qu’il y a un problème dans les commandes de navigation. C’est super rassurant! Nous retournons donc au niveau des portes et attendons patiemment… Nous finissons par décoller à 3 heures du matin. Stef n’est pas très rassurée. Sait-on jamais… Elle a beaucoup de mal à se détendre. Il est pourtant temps de dormir.

Le vol ne nous paraît pas très long. Mais avec tous les retards cumulés, nous ne pourrons pas avoir notre deuxième connexion possible pour Londres. Quelle déception!

A l’arrivée sur Madrid, il est 21h, il fait encore jour et les températures sont hautes. Une hôtesse s’occupe de notre cas, nous donne nos cartes d’embarquement pour le vol du lendemain matin et nous explique les démarches à suivre pour aller à l’hôtel. Sur le chemin, nous faisons la connaissance d’un couple équatorien dans la même situation que nous. Nous prenons donc le même bus pour aller à l’hôtel Mélia. Un hôtel de luxe. Deux chambres communicantes extra grandes, extra confortables. Deux salles de bain avec baignoire et douche, on s’y perd presque…

Nous envoyons un mail à Claire et Thomas pour les prévenir de la situation. Et nous dormons sans problème jusqu’à 5h30 du matin. Deux nuits successives…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.