Bus pour Baños

Lundi 12 juillet

Bon anniversaire Nath

Nous prenons le bus de bonne heure et c’est parti pour une journée de trajet en direction de Baños. Nous profitons des paysages verts de l’Equateur: champs de canne à sucre, de blé, de maïs sur les collines en terrasse ou dans les plaines tels de jolis tapis multicolores à flan de volcans. Les paysages sont très chouettes malgré la grisaille…

Nous grignotons ce qui s’offre à nous: chips, haricots grillés, chips et re-haricots grillés…

Des vendeurs ambulants montent et descendent du bus dans chaque village. Parfois, ils parcourent un certain nombre de kilomètres avant de pouvoir descendre du bus. Nous picorons ainsi, tuant un peu le temps.

Vers 13h, soit plus de 4h après le départ, le chauffeur s’arrête et nous autorise à descendre pour une pause pipi. Trop généreux! C’est la course pour tous les passagers.

Nous repartons rapidement. Le bus se vide et se re remplit en fonction des passagers faisant signe sur le bord de la route. Pas de billet, tout en liquide!

Nous arrivons à Ambuto à côté du terminal de bus. Nous descendons et allons attraper notre bus pour Baños. Nous demandons tous les 20 m où il se trouve. Les gens nous répondent, par ici, par ici et nous avançons dans le terminal. Enfin, nous trouvons un bus que tout le monde nous désigne et là le chauffeur nous explique qu’il faut prendre un taxi et aller à un autre terminal. On hallucine… Plus de 10 personnes équatoriennes étaient convaincues de leur information. En fait, on s’aperçoit qu’ils ne maîtrisent rien. On s’était déjà renseignés avant de partir de Cuenca. Même information erronée. Comme quoi, croiser l’information comme nous le faisons très fréquemment peut se révéler inutile. C’est assez étonnant, mais c’est comme cela.

Notre taxi nous dépose devant le bus pour Baños et nous partons dans la foulée. En Équateur, les bus ne coûtent vraiment pas cher. On repense à nos précautions en arrivant en Amérique du sud : sécurité, confort, surveillance des bagages. Clairement, nous sommes loin de tout cela désormais. Le seul critère étant : on prend le premier bus qui part!

En arrivant sur Baños, nous allons directement à la Petite Auberge, hôtel, style hacienda, tenu par un français. Le cadre est vraiment sympa et la chambre bien agréable avec une mezzanine pour le bonheur des enfants et celui des parents! Immédiatement, nous nous connectons sur internet pour suivre notre dossier Galapagos. Rien n’a avancé. Nous sommes déçus et appelons alors l’agence. Il semble qu’il reste de la place pour nous sur le Darwin, un bateau de 16 passagers mais rien de sûr. Bref, on verra demain…

Nous ressortons pour dîner. Après les chips et les haricots grillés, nous avons une faim de loup. Nous passons devant le Swiss Bistrot : Bingo! Nous commandons une bonne fondue savoyarde. Elle s’avère excellente et nous sommes tous les quatre aux anges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *