Choquequirao Trek – 2

Lundi 28 juin

Nous avons dormi à 1900 m ce qui nous permet de ne pas avoir froid la nuit. Il fait plutôt doux dans la vallée. Tout le monde est bien reposé et nous ne sentons aucune courbature. Nous nous levons à 3h du matin. Le petit déjeuner nous attend. Les arrieros sont déjà à la tache bien avant nous!

Nous partons vers 4h et il fait évidemment complètement nuit. Nous avons nos lampes frontales. Mais assez rapidement, nous les éteignons et préférons marcher sous la lumière de la lune. Tous nos sens sont en éveil, les pupilles des yeux complètement dilatées. Avec le peu de clarté, nous distinguons suffisamment le sol pour marcher.

Nous atteignons la rivière située à 1500m, c’est donc le point le plus bas. Ainsi, il va falloir grimper pour atteindre Choquequirao à 3100m. C’est parti pour la grimpette. C’est évidemment dur mais nous marchons calmement à notre rythme. Nous sommes en nage, le cœur bat très fort et ce, malgré la lenteur de notre marche. Nous essayons de limiter les pauses pour rester en rythme. Nous atteignons notre premier stop au campement de Santa Rosa. Nous avons fait 40% de la montée. Pendant notre petit encas à base de fruits, nous retrouvons Max. Nous avions fait sa rencontre à El Chalten, puis à Bariloche. Nous nous retrouvons ici au milieu de nulle part!

  Nous repartons à pied pour les adultes et à cheval pour les enfants. Emma et Mathéo ont choisi l’option tranquille pour cette deuxième partie de montée. Ils ont bien raison. Nous dépassons un groupe de 5 français. Ils sont chargés avec leur sac à dos bien rempli. Tous le monde souffre, mais grimpe!

En fait, nous avons un bon rythme. Nous nous sentons bien, avons le sourire, sommes super heureux de vivre cette expérience malgré la difficulté. Nous adorons le trek!

Nous croiserons aussi le groupe de Québécois. Nous discutons de nouveau avec Laurent leur prof de Français très sympa. Ils vont partir dans peu de temps. Il faut dire qu’il n’est que 9h! Pour nous, cela fait déjà 5h de marche…

Vers 10h30, nous arrivons à notre campement à Marampata. Nous avons vaincu la difficulté. C’est l’heure du repos et du déjeuner à 11h30. Nous avons super faim!

Nous repartons vers 13h, il nous reste 4 km pour atteindre le site. Le temps s’est un peu dégradé, il fait plus frais, nous sommes plus haut, nous traversons les nuages. Mathéo en a un peu marre. Nous faisons une pause juste à l’entrée du site. Un twix pour retrouver quelques forces et nous retrouvons le sourire.

  Nous découvrons enfin le site. Nous commençons par traverser les terrasses. Elles sont énormes, bien organisées. Nous réalisons que seule une partie du site a été dégagée. Le reste est encore sous la végétation. Nous atteignons le sommet et découvrons alors le village avec ses maisons et ses bâtiments religieux. Aussi, nous découvrons le système de circulation de l’eau contrôlé dans un petit canal. Dina, notre guide nous transmet pas mal d’informations sur la vie des incas de l’époque.

Nous montons ensuite sur la grande esplanade située sur un mont. Nous essayons d’imaginer la vie ici il y a plus de 500 ans.

   Malheureusement, il fait froid et le vent est fort. Nous n’irons pas visiter le site des lamas où dans les murs, des pierres blanches ont été disposées afin d’y dessiner des lamas. Les enfants aimeraient rentrer. Il faut dire que la journée fut longue, presque 12 heures de marche. Et il nous reste encore 4 km de marche…

Heureusement, tout le monde est en forme pour effectuer ce dernier effort jusqu’au campement. Seb aura le courage de prendre une douche, évidemment froide, à l’arrivée. Les arrieros nous préparent des pop-corn! Nous nous régalons et dînons super tôt dans la cabane. Tout le monde est couché avant 20h…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *