Copacabana

Vendredi 18 juin

Le bus vient nous chercher à 7h30 à l’hôtel. Nous faisons un petit tour dans la Paz pour récupérer quelques passagers et grimpons ensuite sur l’alti-plano. Nous redécouvrons La Paz vue d’en-haut. C’est vraiment impressionnant. Et, une fois au sommet, nous découvrons rapidement une immense plaine, complètement plate! Ce ne sont que des champs avec des paysans et leurs troupeaux au travail. Ce contraste est saisissant! Nous venons de quitter La Paz, grande ville bruyante et polluée. En effet, d’ici, nous voyons bien le nuage jaune flottant au-dessus de la ville.

Le trajet est agréable avec en toile de fond la cordillère des Andes toujours majestueuse.

Nous grimpons encore un peu et arrivons sur des montagnes sculptées par l’homme. Les paysans ont travaillé les coteaux en terrasse. Un travail de fourmi étalé sur des centaines d’années.

Nous découvrons un bras du lac Titicaca que nous traverserons sur un bateau. Le bus passant quant à lui sur une barque. Oui, mieux vaut être séparés car cela paraît un peu magique de voir notre bus flotté au milieu du lac… Mais il traverse avec succès. Une des barques s’appelle Titanic. Pourquoi pas?

Nous arrivons vers 12h à Copacabana, petit ville Bolivienne sur le bord du Lac. Nous commençons à comprendre l’immensité du lac. On dirait plutôt une mer. Notre objectif est de prendre un bateau pour la Isla des Sol à 13h30. Nous avons les infos, déjeunons en 30 minutes et achetons notre billet. Un capitaine nous propose de nous y emmener. Le bateau est sympa avec une terrasse sur le toit. Nous nous installons. Mais à 13h30, nous comprenons que nous ne partirons pas … avec lui tout au moins. Le capitaine fait des grands signes à un autre bateau. En fait, il n’a pas assez de monde alors il préfère refiler sa marchandise (nous et Dona, une américaine et John). C’est l’occasion d’une franche discussion avec ce monsieur. En fait, cela ne change pas grand chose pour nous, mais c’est plus le comportement et la considération des touristes qui nous agacent. Stef et Seb n’hésitent pas à parler à haute voix devant l’assemblée afin de jouer sur sa conscience! Et oui, ce n’est pas terrible Mr Dimitrio!

Enfin, nous partons sur notre nouveau bateau de fortune.

En cours de route, nous sentons réellement les retours d’échappement. Alors, c’est l’occasion de sortir nos masques chirurgicaux! Et oui c’est une première. Ils trainent dans le sac de Seb depuis 11 mois. Vous savez en cas de Grippe A… Bref, on rigole bien!

Pendant le trajet, Stef parle longuement avec Dona, une américaine voyageant seule. Elles s’échangent quelques bons tuyaux, c’est sympa!

A 15 h, nous arrivons sur l’île. Nous sommes au milieu du lac Titicaca à 3810 m d’altitude. C’est déjà haut, mais devant nous, s’élève l’île à 4000 m. L’objectif est d’atteindre l’hébergement en son sommet!

C’est parti pour une grimpette de trois quarts d’heure. C’est épouvantable! Il fait chaud et cela grimpe dur, très dur. Nous avons tous bien évidemment nos sacs sur le dos. 10 kg pour les enfants, 25 kg pour Stef et 30 kg pour Seb! Nous souffrons tous, en silence! Nous prenons quelques petites pauses et repartons illico. A chaque virage, c’est la déception car cela ne cesse de monter.

Enfin, nous y arrivons. Nous lâchons notre paquetage et reprenons notre souffle. Nous essayons deux adresses. Stef négocie bien la mieux située et la plus confortable. La chambre est géante et avec une vue exceptionnelle sur le Lac Titicac, même depuis notre lit. Ce soir, nous allons profiter d’ un magnifique coucher de soleil. Voilà! Enfin, nous nous posons et apprécions pleinement le spectacle!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *