Fire Ballons

Jeudi 29 octobre

Notre vol est prévu à 10h30 pour Heho, aéroport à 1h de vol dans le centre du Myanmar. Nous prenons notre petit déjeuner à 8h30 (nous raccourcissons de plus en plus notre timing). Il fait déjà très chaud. 9H, Check out et nous grimpons dans le taxi. Il nous signale que nous ne sommes pas en avance, alors il speed un peu. Il double comme il peut, à droite, à gauche, same same. Depuis quelques temps, nous étions habitués à la circulation à gauche avec un volant à droite et donc contraire à la France avec une circulation à droite et un volant à Gauche. Ici, c’est très original car nous circulons à droite avec un volant à … droite. C’est presque plus facile de doubler du côté du trottoir qu’au milieu de la route. Autre point étonnant: aucune mobylette à Yangon, c’est juste interdit. Nous n’avons pas bien compris pourquoi! Concernant la pollution, les échappements sont affreux. La fumée est juste noire. C’est l’horreur quand le taxi stationne derrière un bus par exemple.

Le taxi nous lâche vivant à l’aéroport, et c’est parti pour le check in. Une minute chrono! Les bagages ont une petite étiquette et traînent dans le hall. Nous les laissons là et partons pour la sécurité douane. Une minute! Et voilà, nous sommes dans le hall d’attente. Très très peu de touristes. En fait, le vol n’est pas parti à l’heure, il est parti avec 15 minutes d’avance. Faut le savoir!

Nous sommes dans un ATR 72 donc avec hélices. En arrivant à destination, nous apercevons les paysages. Magnifiques! Des montagnes douces et des champs multicolores. Nous sommes impatients d’atterrir. Nous entrons dans la salle de débarquement qui sert à la fois de douane, à récupérer ses bagages livrés de main à main et à prendre la température de l’oreille.

Nous sortons de l’aéroport pour trouver un taxi. Le lac se trouve à une heure de route soit 30km. Ils sont nombreux à attendre le client. Il va falloir négocier. Premier prix 25$. gros refus de notre part. Nous annonçons notre souhait à 15$ (bien en-dessous du marché). On nous propose 21$, dernier prix. Puis un Pick up nous propose de nous emmener pour 17$. Pick up = assis à l’arrière sous le toit bâché. Génial, on adore. C’est le bonheur. Les gens nous saluent tous avec le sourire jusqu’aux oreilles. Un régal! Mingalaba , Mingalaba. => Bonjour.

Nous découvrons une nouvelle culture, un nouveau pays. Les routes sont dans un état pitoyable, souvent à une voie où le croisement est tout un art. La circulation est composée de voitures, bus, mobylettes (autorisées hors de Yangon), vélos, tricycles, tracteurs (enfin motoculteurs avec une charrette, pick up chargés de tous les cotés, chevaux, buffles et chiens errants.

Nous arrivons à notre hôtel :Teakwood Hôtel. La chambre proposée est sympa, jolies décorations sur le balcon avec de nombreuses plantes et boules en verre coloré. 25 $ au départ. Nous faisons comprendre que c’est un peu cher. La propriétaire accepte notre offre à 20$ pour nous 4. Cela nous semble convenable. Nous comprendrons ensuite que c’est un peu cher. La vue de la chambre sur la rue et les montagnes est superbe. En hauteur, nous admirons les paysages et profitons d’un peu de passage dans la rue. Il est 14h, nous déposons les affaires et sortons immédiatement dans la rue. Nous cherchons le Lotus Restaurant à coté de l’hôtel. Mais il a déménagé. Nous marchons et nous nous arrêtons alors dans un autre restaurant : Unique. C’est très calme. Le proprio est doux et s’occupe très bien de nous. (nous sommes les seuls clients). Au cours du repas, nous demandons des informations pour aller sur le Lac. La sœur du proprio, Chan Chan, nous fait quelques propositions d’excursions. Elle est guide, débutante et nous explique les différentes balades possibles sur le lac. Elle est extrêmement douce et d’une grande gentillesse. Les tarifs sont justes. Nous comprenons qu’il n’y a pratiquement pas de négociation possible. Les prix sont quasi identiques partout. Nous avons croisé l’information => même prix et cohérent avec les guides. Du coup, nous planifions notre excursion pour le lendemain. Nous nous intéressons aussi au Festival des ballons. Nous avons la chance d’être arrivé juste pendant une grande fête : Fire Balloons. Nous décidons d’y aller le soir même : départ à 18h et retour vers minuit. Chan Chan se propose pour nous accompagner. Nous démarrons les visites sur les chapeaux de roue.

Nous nous promenons au hasard des rues et croisons les Birmans, toujours aussi souriants et accueillants avec nous. Nous prenons notre temps.

Notre taxi arrive avec Chan Chan notre guide. La route nous mène à Taunggyi, grande ville de la région Shan. Une fois par an, a lieu le festival de lâcher de ballons de feu. Il s’agit d’un concours extrêmement apprécié des locaux. Les participants fabriquent des ballons en papier de riz qui sont gonflés avec la chaleur des torches enflammées, décorés, peints et sur lesquels sont accrochés des lampions ou des feux d’artifice.

Nous y arrivons en pleine nuit vers 19h30 et découvrons un énorme terrain bondé de Birmans. Au même endroit, il y a une fête foraine digne de la foire du trône, une esplanade pour les concerts et un terrain complètement vide pour accueillir les ballons. Nous sommes installés dans une tribune (spécial étrangers) juste à coté de la tribune gouvernementale. Nous discutons avec Chan Chan et hallucinons complètement. Cela fait juste 24 h que nous sommes au Myanmar, et nous nous adaptons parfaitement à la vie locale.

Un premier convoi transporte les premiers ballons : les supporters et les participants chantent, dansent, jouent de la musique. C’est très bon enfant, festif. Ils s’installent, préparent le ballon à plat, et la traine de lampions. Ils soulèvent le ballon et le gonflent avec des torches. C’est évidemment très délicat comme opération. Le ballon commence à prendre forme, puis se met à flotter. Un réservoir de carburant est accroché dans l’antre du ballon et est allumé. Le ballon est maintenant bien formé, la traine y est accrochée. Des torchent supplémentaires arrivent pour aider à soulever le tout. Le ballon s’envole, et redescend avec sa traine qu’il faut récupérer et bien remettre en position horizontale. Puis, un petit coup de chaleur supplémentaire et tous espèrent le décollage. C’est magnifique! Les ballons décollent doucement. Les lampions sur et sous le ballon l’éclairent de toutes les couleurs. Et il monte, monte dans le ciel. C ‘est magique!

Nous apprenons que pendant la journée, il y a aussi un concours de ballons, mais dont l’objectif est plutôt la forme: Éléphant, Oiseau, Lion, etc…

Un peu plus tard dans la soirée, c’est le lancer de ballons feux d’artifice. Une structure bourrée de feux d’artifice est accrochée sous le ballon gonflé. L’allumage se fait évidemment au sol, avec une mèche permettant le déclenchement du feu d’artifice suffisamment longtemps après la montée du ballon. En fait, pour le premier ballon, le feu d’artifice se déclenche à 15 m du sol! Les feux sont orientés vers le bas (normal, faudrait pas brûler le ballon), mais juste en-dessous, se trouve une foule importante. Et là , c’est le sauve-qui-peut. Les feux d’artifice partent dans tous les sens. Au début, c’est drôle, mais cela devient très vite inquiétant quand la boule de feu arrive entre les pieds! Heureusement, ils ont l’air d’avoir l’habitude….

Le deuxième ballon, lui, montera très haut dans le ciel, trop haut peut-être pour être parfaitement admiré.

Vers 23h, bien fatigués, nous décidons de rentrer car une petite heure de route nous attend.

5 réflexions au sujet de « Fire Ballons »

  1. merci pour cette petite fenetre sur le myanmar,vous nous faites rever…je commence a planifier le futur voyage de notre famille dans ma tete et vous vivez exactement ce que j’en attend alors continuez bien a nous regaler…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *