Gilis Islands

Samedi 5 septembre

Au programme: journée de transition. Ce ne sont généralement pas les journées les plus drôles : Rangement, fermeture des sacs, organisation du départ, trajet, découverte d’un nouveau site le dos chargé, trouver son hôtel, négocier….

Samedi, nous quittons la paisible ville touristique de Sengigi pour aller sur les îles Gilis au nord ouest de Lombok. La veille, nous avions vu un groupe de touristes prendre un bateau de Perama quittant la plage. Le bateau de petite taille mais pouvant prendre une quarantaine de personnes nous paraissait bien pour faire notre traversée durant 1h30 vers les îles Gilis.

Après notre petit déjeuner en bord de plage, nous partons avec nos sacs sur le dos pour faire 400m afin de rejoindre l’agence et ensuite direction la plage pour attendre le bateau. Surprise! en fait, le bateau vu la veille ne va pas aux Gilis mais à Bali. Le bateau pour les îles est en fait un gros bateau de pêcheurs, c’est-à– dire une coque de noix avec 2 flotteurs de chaque côté style catamaran, mais fabriqué en bambou!!! Bref, cela devrait résister, mais nous balancer un peu. Nous sommes une dizaine sur le bateau et c’est parti pour 1h30 en longeant les côtes de Lombok. Et heureusement, que nous restons près des côtes car du coup, nous sommes ainsi un peu protégés de la houle qui remonte du sud. Le pilote maîtrise son engin, malgré son âge, 22 ans maximum. Nous sommes entre de bonnes mains? Au bout d’une heure quinze, nous devons quitter la côte pour rejoindre la première île : Gili Air. Nous déposons 2 personnes directement sur la plage de ce petit paradis hyper calme. Cela nous met l’eau à la bouche. Nous repartons et sentons un peu plus la houle. Nous atteignons la 2e île : Gili Meno. Encore plus déserte, faut aimer… Il y a quelques années, il y avait le palu sur cette île à cause de son lac salé au centre. Aujourd’hui, on ne sait pas trop si elle est encore impaludée. Pour repartir, cela se corse. Nous devons contourner la barrière de corail. Sur celle-ci se casse la houle, les vagues montent et s’écrasent. Nous longeons la barrière tout doucement, le pilote est calme et concentré. Nous aussi, mais sur les vagues qui nous soulèvent et nous laissent retomber. Au début, c’est drôle, mais ensuite, nous tenons fermement les montants de l’embarcation. Évidemment, il n’y a aucun danger, faut juste s’en persuader. Le fait d’être juste derrière les vagues qui s’écrasent sur la barrière 10 m après nous est assez impressionnant. Bref, les 20 dernières minutes sont un peu longues, pour tous. Le trajet a en fait duré bine plus de 2h. Oui, il faut se faire au planning indonésien, pas toujours précis….

Nous débarquons il est pratiquement 12h, sous un magnifique soleil et 33°. C’est l’idéal pour une balade avec les sacs à dos et trouver notre hôtel, non? Il faut en fait que 10 bonnes minutes, mais c’est suffisamment loin pour provoquer une bonne suée. Nous avons décidé de nous poser à Big Bubble Diving. C’est un club de plongée avec des chambres à l’arrière. Nous avons en tête de profiter des Gilis pour amortir l’énergie dépensée à l’obtention du Padi. La première chambre proposée est sympa en terme d’aménagement pour nous 4, mais juste à coté du groupe compresseur. Bonjour le bruit! Nous avons mûri, car je suis sûr qu’il y a quelques années, nous aurions pris la chambre en trouvant de bonnes raisons de ne pas entrer en opposition. Aujourd’hui, et encore plus depuis le tour du monde, nous avons appris à être exigeant, peut être « chiants » dirons certains, mais nous savons dire non et réclamer mieux. C’est valable pour s’installer au resto. Il faut parfois déplacer des tables pour que l’on soit bien installés. Il suffit juste de demander et on n’est pas frustrés! La chambre ne nous convient pas parfaitement, on en prend une autre, etc etc…Dans le cas présent, nous avons bien fait. L’hôtel a modifié son planning de réservation et nous avons une chambre identique mais plus calme. La chambre est vraiment spacieuse avec 2 grands lits. C’est nickel pour nous 4. Nous avons une terrasse avec des matelas-coussins orange et beige posés sur une natte à même le sol. C’est très sympa pour bouquiner…

Après avoir rapidement déposé les sacs à dos, nous partons à la découverte de notre Ile : Gili Trawangan. C’est la plus touristique, la plus grande des 3 Gilis. Celle où se trouvent des hôtels, des restos, bars et énormément de clubs de plongée. Notre première impression est mitigée car la plage n’est pas spécialement propre, alors que le sable est blanc et l’eau turquoise. En fait, les locaux ne font pas beaucoup d’effort pour améliorer l’esthétisme des plages. Seuls quelques hôtels ramassent les détritus : sac, bois, coraux morts, … devant leur établissement. Quand cela est fait, c’est tout de suite nettement mieux. Aussi, après un Sengigi quasi désertique, nous ne sommes plus habitués au monde. Soyons clairs, nous ne sommes absolument pas tassés les uns sur les autres, mais il y a de l’activité. Ceci est notre premier sentiment et il va évoluer ensuite….

Nous nous posons pour le déjeuner et ici tout se passe le long de la plage. D’ailleurs, l’intérieur de l’île est inoccupé. Donc, les repas de la semaine vont se dérouler systématiquement sur le sable, ou vraiment pas très loin.

Le restant de l’après-midi sera relax, piscine, plage et visite du sud de l’île pour voir le coucher du soleil sur Bali. Nous en apercevons que les volcans. En revenant du coucher, nous découvrons les nombreux BBQ avec les étals de poissons, fruits de mer, etc… Bon, soyons clairs, c’est top! Nous choisissons calamar, espadon et brochette de thon et nous nous installons juste en bord de plage pour déguster tout cela. C’est le bonheur des vacances…

Nous sommes samedi 20h donc 14h en France. C’est le jour et l’heure idéale pour attraper quelques amis sur Skype. (êtes vous inscrits sur Skype?) La connexion internet est ici a peu près correcte dans notre Cyber-Bouiboui. C’est extra de pouvoir parler avec quelques amis et aussi de se voir avec les Web Cam. Nous sommes ravis. Il est vrai que la connexion internet se fait plus difficilement en Indonésie qu’en Chine. Ici, le débit est assez aléatoire, voire très réduit. D’ailleurs, il nous est impossible de diffuser nos petits films..

Il est 23h, les enfants ne sont pas couchés, c’est les vacances!!!!

Une réflexion sur « Gilis Islands »

  1. Bon plan le logement dans le club de plongée : souvent moins cher que l’hôtel!
    Essayez une plongée de nuit quand vous le sentirez, c’est impressionnant, indescriptible.

    La rentrée s’est bien passée (moyennant la grippe A dans quelques écoles de France).

    28°C annoncé cet après-midi.

    Ciao!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.