La cave aux Requins

Mardi 20 juillet

Maintenant, nous savons qu’en nous couchant avant le départ du bateau, nous passerons une bonne nuit sans trop sentir la houle. Pour le moment, le mal de mer semble être contenu. Nous nous réveillons à proximité de la Isla Isabela. Le bateau a mis 7 heures pour rejoindre l’île et ce, durant la nuit.

Le bateau a posé l’ancre dans un joli cadre avec des lions de mer se promenant à proximité et quelques pingouins au loin.

Nous commençons la journée par la visite, sur terre, du centre de protection et de réintégration des tortues terrestres. Il y en a des centaines de tout âge. La plupart sont relâchées et replacées dans leur environnement à l’âge de cinq ans. Certaines sont vraiment énormes, plus d’un mètre de diamètre. Mais il est impossible de définir leur âge. Par contre, nous savons qu’elles peuvent vivre presque 150 ans. Leur démarche n’est pas aisée avec leurs grosses pattes avant presque désarticulées.

Si nous faisons un geste brusque, elles rentrent leur tête et se renferment sur elles-même. Nous visitons le site, pouvons les alimenter avec des feuilles énormes (elephant leaves). Elles ouvrent leur bouche en grand et croquent les feuilles. Les enfants sont tout contents. Ils ont l’occasion de toucher leur carapace. Aussi, exceptionnellement, le manager leur pose un bébé tortue (quatre mois) qu’ils peuvent caresser. Les photos sont interdites.

Un programme local de sensibilisation des enfants est mis en place permettant de protéger les tortues. Ils peuvent les adopter et viennent s’en occuper tout au long de leur enfance.

Aussi, un musée interactif informe intelligemment le public sur la vie des tortues. C’est très instructif.

Ensuite, nous partons pour une promenade à travers la mangrove et la forêt de l’île. Un passage aménagé nous permet de découvrir différents écosystèmes. Oiseaux, iguanes, lézards font partie du paysage. Puis, nous traversons le village qui n’a rien d’attrayant. Dans l’après-midi, nous avons la possibilité d’y revenir mais ce sera sans nous.

Nous rentrons alors au catamaran pour notre deuxième activité de la matinée. Nous partons pour une séance de snorkling. Le site semble intéressant car rapidement nous croisons des tortues, la tête hors de l’eau alors que nous sommes encore dans le zodiac. Nous plongeons et suivons le guide. Nous entrons dans un chenal naturel d’un à deux mètres de large et peu profond (deux à trois mètres). C’est étonnant ce chemin dans la roche volcanique. Celui-ci est vraiment très étroit. Ainsi, nous palmons les uns derrière les autres. Le guide nous demande de ralentir et de progresser tout doucement car il est possible de voir des requins au fond. Effectivement, nous en voyons quelques-uns qui dorment à deux mètres de profondeur. Nous sommes juste au-dessus d’eux. Ce sont des requins pointes blanches, la seule espèce de requins à pouvoir se poser au fond de la mer. C’est vraiment impressionnant et même très angoissant car nous sommes coincés dans le canal. On ne se voit pas grimper sur la roche volcanique en cas de problème. Nous avançons donc tout doucement, puis nous en croisons des dizaines et des dizaines. Ils sont juste sous nos palmes. Nous ne pouvons pas nous mettre debout car nous les toucherions avec les pieds. Parfois, les requins sont même empilés les uns sur les autres. C’est du délire! Seb exulte, Emma commence à se crisper, Stef ne se sent vraiment pas bien. Elle en pleure derrière son masque. Nous n’avons pas le choix, y’a plus qu’à avancer et quitter le canal. C’est une expérience unique! Incroyable! Plus de soixante-dix requins agglutinés dans cet espace confiné. Seb y retourne en amenant Mathéo pour qu’il profite du spectacle au moins un peu. Mathéo restera bien accroché sur le dos de son papa 😉

Nous rentrons pour le déjeuner et nous nous reposons après ces émotions si intenses. Seb, lui, préfère se « rafraîchir » en mer et aller voir les lions de mer.

En fin d’après-midi, nous retournons sur terre à Las Tintoreras. C’est magnifique. La roche volcanique est recouverte de lichen blanc. De nombreux oiseaux volent au-dessus de nos têtes.

Le contraste des couleurs est saisissant. Nous savourons…

Vers 19 heures, comme tous les soirs, nous dînons: poissons, viandes, champignons… Le service est toujours aussi impeccable. L’équipage est aux petits soins.

Enfin, nous allons vite retrouver la position horizontale et passons la nuit au milieu de l’océan.

2 réflexions au sujet de « La cave aux Requins »

  1. Coucou a vous, on suit avec envie vos recits. Pour nous les Galapagos restent un souvenir merveilleux et on se retrouve dans presque tout ce que vous ecrivez. Le chenal aux requins etait exceptionnel et on le reconnait un peu angoissant, seul face a eux ! On espere que vous profitez des derniers jours, on avait hesite a rester quelques jours a Londres aussi, mais le budget n etait pas d accord deja a l epoque, alors maintenant… Sinon on a une petite nouvelle a vous annoncer, depuis El Chalten et notre rencontre, un petit « Pequiño » nous accompagne, bien au chaud. Nous rentrerons donc a trois. Premiere experience de voyage en famille, mais pas la derniere.
    Voila tout, on vous embrasse tous les 4.
    Les Choubidous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *