Lac Inle, on y retourne

Dimanche 1er novembre

 Aujourd’hui, nous avons rendez-vous à 10h avec Chan Chan pour une deuxième balade sur le lac Inle. Sur le chemin de l’embarcadère, nous commençons par visiter le Viewpoint Inn et découvrons la chambre dont les propriétaires du restaurant nous avaient parlée. Elle est énorme dans un bungalow sur pilotis, isolée, les rizières derrière, le canal devant avec une déco sympa et le petit déjeuner inclus dans le restaurant pour un total de 18$. Nous acceptons l’offre pour nos 2 derniers jours ici.

Nous montons sur notre bateau avec comme objectif de traverser le lac jusqu’au sud. 2 heures sont prévues avec une première escale sur une maison ponton au milieu du lac qui sert de piscine naturelle. Les locaux y viennent pour se baigner et se laver. L’eau y est très claire, loin des habitations, loin des terres. Donc pas de pollution. Mathéo et Seb se baignent dans ce décor de rêve. Le lac, les plantations au loin, les montagnes en toile de fond sous un ciel bleu azur.

Nous repartons et traversons le lac sur toute sa longueur, soit une vingtaine de kilomètres. C’est un peu long mais nous nous en mettons plein la vue : Maisons sur Pilotis, Jardins flottants, petit canaux, pêcheurs avec leur nasse, familles allant au marché en bateau, etc…

Nous arrivons dans un petit village. Il y a de l’activité. Une fête se prépare. Nous grimpons au temple accompagnés de dizaines de stûpas. L’ambiance y est très calme. Nous redescendons vers le lac et nous nous arrêtons au village où la fête se prépare. Les hommes sont à la tâche et construisent des abris, des toits en feuilles de palmier et les structures en bambou. Ils sont nombreux à s’activer. Nous sentons l’entraide.

Nous repartons en bateau et faisons une halte dans la maison d’un ami du conducteur du bateau. C’est une famille qui construit des pièges à poissons en bambous tressés. Seules les femmes sont présentent (les hommes sont à la préparation de la fête). Nous passons un excellent moment où nous nous observons mutuellement. C’est amusant! Elles regardent notre peau, nos cheveux, nos sourires, nos yeux, etc… Nous échangeons avec l’aide de notre guide Chan Chan. Elles nous montrent comment elles fabriquent un piège. C’est assez impressionnant! Nous voyons toute la chaîne de fabrication depuis la tige de bambou jusqu’au piège tressé ou la natte tressée. Elles font le travail mécaniquement. Au final, le piège est vendu 300 kiats soit 20 cts d’Euros… C’est un moment vraiment sympathique. Nous nous régalons au sens figuré comme au propre. En effet, elles nous offrent des crackers de riz, des haricots grillés (comme des cacahouètes), du thé… Un accueil inoubliable!

Nous repartons et allons cette fois dans la belle famille de Chan Chan. Nous visitons le village sur pilotis. Quelques espaces sont sur de la terre ferme, mais beaucoup sont au-dessus de l’eau. Pendant la saison des pluies, tout est inondé.

Nous sommes en Birmanie, au lac Inle, dans un village au milieu du lac, perdus au coeur du village en ce dimanche et nous tombons sur une maison en teck. Un cours sur les puissances électriques, tout en anglais s’y déroule pour les locaux. C’est hallucinant! Nous croisons le regard des étudiants qui s’amusent en nous voyant. Seb fait un signe à l’enseignante qui est toute étonnée de nous voir aussi. Elle interrompt son cours et rigole. Nous lui faisons un signe d’amitié et repartons tout sourire en les laissant travailler en cette belle journée ensoleillée de dimanche…

Nous allons dans la maison de la belle famille de Chan Chan. Nous sommes très bien accueillis comme d’habitude. Nous parlons de la vie en Birmanie, leur quotidien, les activités, la famille, le mariage, le travail, l’organisation de la maison, etc… C’est passionnant!.

Enfin, nous repartons pour notre dernière étape. Après avoir vu les jardins flottants depuis le bateau, nous souhaitons nous en approcher de plus près, voire marcher dessus. Le bateau s’arrête près d’un jardin. Nous sortons du bateau pour marcher sur cette bande de terre agricole  flottante. C’est surprenant! Nous sommes obligés d’être mobiles. Si nous restons trop longtemps à un endroit, le sol s’enfonce et l’eau monte aux chevilles rapidement. Mieux vaut être léger pour ce métier… Nous goûtons à une tomate, spécialité de la région. Elle est succulente!

Le soleil commence à descendre, les lumières sont magnifiques. Nous rentrons vers notre village en profitant du coucher de soleil sur les montagnes aux teintes rose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *