Le Desert de Sel

Mercredi 2 juin

Aujourd’hui, nous partons pour notre deuxième expédition avec Desert Adventure. Hier, nous étions 9 dans le mini-bus. Aujourd’hui, nous ne serons que 7, soit 3 personnes avec nous. Ainsi, nous faisons la connaissance d’une famille brésilienne que nous trouvons bien sympathique d’ailleurs. Nous parlons un mélange d’espagnol, de portugais, de français et d’anglais. C’est clairement amusant!

D’abord, nous nous dirigeons vers un petit village, Jere, une oasis au milieu du désert. En fait, une petite rivière arrive de la cordillère des Andes. Par endroit, la végétation pousse sur les berges. Les paysans essaient au mieux d’en contrôler le flux en irriguant les terrains. Aussi, nous nous promenons dans ce verger niché au fond d’un petit canyon au milieu des figuiers, des grenadiers, des palmiers, des peupliers.

Nous croisons quelques moutons aux pattes attachées et son berger bien tranquille sur son rocher dans ce petit havre de paix. Ensuite, nous remontons le long des falaises et découvrons un joli panorama sur le désert. Le contraste des roches orange avec le ciel bleu, très bleu mais aussi les bois blancs des figuiers et des peupliers dénudés est saisissant. La lune est aussi présente afin de parachever ce magnifique tableau. Bref, on aime!

Après cette balade bucolique, nous entrons à proprement parlé dans le salar de Atacama, le désert de sel. Là, plus rien, plus de végétation, plus d’animaux, juste des amas de boues blanchâtres complètement difformes. La mer s’est retirée il y a bien longtemps laissant que les minéraux. En son milieu, reste un peu d’eau saumâtre, mais suffisamment pour accueillir quelques micro-organismes faisant le délice des flamants roses.

La laguna Chaxa, réserve nationale est un centre de nidification de flamands roses.

Nous découvrons les flamants roses Andins, Chiliens et Saint James et apprenons à les différencier. Ils sont assez proches de nous. Étant les premiers sur le site, nous nous en approchons comme des chasseurs, silencieusement. Ils passent leur temps le bec dans l’eau pour se nourrir. Nous nous régalons du spectacle d’autant plus que les reflets sur l’eau immobile permettent d’admirer les montagnes à l’envers. Les reflets sont magnifiques. Aussi, sous l’effet des vents de sable, les croûtes de sel prennent des teintes ocres, rose et beige. Mais le plus réjouissant reste l’envol des flamands roses. Lorsqu’un départ de 5- 6 flamands a lieu, c’est l’extase! Ils sont encore plus beaux en l’air.

Puis, nous poursuivons notre excursion en nous dirigeant vers les lagunes Miscanti et Miniques. On s’y rend par une piste qui serpente à travers les steppes sauvages à plus de 4000 mètres. Nous commençons à sentir la différence d’altitude. Nous buvons régulièrement de l’eau et prenons quelques granules homéopathique de coca, histoire d’avoir bonne conscience.

Un léger mal de tête se fait tout de même sentir. Les enfants supportent plutôt bien pour le moment. Et soudain, au détour d’un virage, nous apercevons deux lagunes couleur émeraude au pied des volcans enneigés. Le spectacle est grandiose. C’est magnifique! Nous restons sans voix. Nous marchons et longeons tranquillement la lagune sans trop d’effort. De toute manière, à cette altitude, il est difficile de courir, de sauter. Nous sommes très vite essoufflés. Nous absorbons les paysages…

Enfin, nous finissons notre journée au village Toconao. Quelques 550 habitants vivent ici dans des maisons en pierre blanche volcanique. Nous sommes accueillis par les lamas. Notre guide les connaît bien et nous les présente par leurs prénoms, Luna, Condorito…

Les lamas nous éclatent. Les enfants les caressent, leur parlent et leur donnent à manger.

Puis, nous allons visiter la petite église San Lucas du début du XVIII ème siècle avec ses escaliers et une décoration en bois de cactus.

C’est avec de belles images plein la tête que nous rentrons à l’hôtel un peu fatigués.

Le soir, dans notre auberge, nous faisons la connaissance d’un jeune couple de polonais très sympas avec lesquels nous discutons longuement.

Une réflexion au sujet de « Le Desert de Sel »

  1. le désert de sel… un rêve… c’était la 1ère raison pour laquelle nous voulions aller en Amérique du sud…
    Pour le foot, cela soit être fun là-bas, non?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *