Le Lipez

Dimanche 6 juin

Bilan de la nuit: aucun problème pour gérer le froid. Nous avions tellement eu peur, qu’en fait, nous avons eu presque trop chaud. Nous avons retiré les couches au fur et à mesure de la nuit. Par contre, la nuit à été catastrophique pour nombreux d’entre nous. Le mal de tête à cause de l’altitude s’est fait ressentir. Stef a fini par prendre du diamox à 4 heures du matin malgré les effets secondaires qu’elle connaît. Les enfants, eux, ont parfaitement bien dormi. Tant mieux! Quand à nous, nous avons l’impression d’avoir eu une nuit quasi blanche. Le lever est difficile, nous sommes barbouillés. Nous savons que le mal de tête va partir, mais cela n’est clairement pas agréable. En fait, nous aurions peut-être dû laisser notre porte ouverte pour avoir un peu plus d’air et d’oxygène dans notre chambre. L’équilibre froid/oxygène n’était pas évident à trouver.

En fait, dès que le soleil se lève, nous sommes ravis car la chaleur est immédiate. Nous repartons alors pour une bonne journée de découvertes. Le premier arrêt est à l’Arbol de Piedra. Un site avec des gros rochers sculptés durant des années sur un zone de sable. Un des blocs est vraiment remarquable du fait de sa forme en pyramide inversée. On se demande comment il tient. Malheureusement, un australien ne trouve rien de plus idiot à faire que de grimper dessus. Un guide lui ordonne de descendre, mais l’imbécile souhaite avoir une photo de son exploit. Seb intervient hors de lui. Quel manque de respect! Une discussion vive éclate où de nombreuses personnes interviennent. Dommage que ce genre de comportement existe encore. Du coup, on comprend mieux pourquoi certains sites sont barricadés et inaccessibles de près.

Nous repartons ensuite à travers cette immensité désertique et atteignons une succession de 4 lagunas toutes plus mignonnes les unes que les autres : Laguna Honda, Laguna Chearcota, Laguna Hedionda et Laguna Cañapa.

Après le déjeuner, nous faisons un arrêt au niveau d’un paysage formé de coulées de lave. Des rochers ont l’apparence de vagues immobilisées. On imagine bien la lave se figeant dans son élan. C’est assez incroyable! En toile de fond, le Volcan Ollague est présent et il est toujours en activité. D’ailleurs, des gaz s’échappent en son sommet.

Puis, nous atteignons le Salar de Chiguana. Nous faisons nos premiers pas sur le sel. Tout est beau ici. Un train chargé de marchandises passe au milieu de nulle part. C’est l’occasion pour nous de faire un arrêt.

Enfin, nous nous arrêtons au village de Villa Martin avec ses maisons en terre, ses habitants rasant les murs. C’est ici, que nous dormirons ce soir. Seb profite de la merveilleuse lumière du soir et des couleurs magiques du ciel pour aller se promener dans le village et prendre quelques photos. Un système d’électrogène a été mis en place pour que ceux qui le veulent puissent prendre une douche chaude mais chronométrée… Nous goûtons, dînons et ne tardons pas à nous coucher. Cette fois, la nuit devrait être moins rude. Les températures ne sont pas aussi basses que la veille. Mais le confort n’est toujours pas au rendez-vous et nous ne sommes pas surpris. Nous le savions avant le départ. Nous enfilons toutes nos couches de vêtements et nous nous endormons de suite comme des bébés.

Une réflexion au sujet de « Le Lipez »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *