Les Geysers de Tatio

Jeudi 3 Juin

Ce matin, le réveil sonne à 3h45 du matin. Et oui, pour aller visiter les geysers du Tatio, nous affrontons les températures très basses du petit matin. Nous nous sommes préparés psychologiquement à avoir terriblement froid. Nous avons mis toutes nos couches de vêtement. C’est le matin très tôt que les geysers sont les plus impressionnants. L’air encore frais crée des fumerolles pouvant atteindre 10 mètres de haut et 85°, en se condensant au contact de la chaleur expulsée. Nous admirons les belles colorations dues aux minéraux. Du jaune, du vert, du blanc, du rose recouvrent le sol encore gelé. L’endroit est magique! Mais il fait près de -12°. Le froid est saisissant. Les mains sont gelées. Nous prenons le petit-déjeuner dehors devant un spectacle remarquable. En effet, nous sommes entourés par les lointains volcans et les montagnes aux sommets enneigés. La lumière rose ne fait qu’embellir le tableau.

Puis, le soleil réchauffe un peu l’atmosphère. Nous allons donc nous baigner dans les thermes naturelles entourés par les geysers. L’eau ne semble pas si chaude que cela lorsque nous y mettons la main… Mais nous ne reviendrons pas sur le site alors nous enlevons courageusement nos différentes couches de vêtements et nous nous immergeons dans l’eau soit disant à 35°. En fait, il faut bien choisir sa place. En effet, à certains endroits, les températures de l’eau sont fortes et brûlantes.

En sortant, nous nous gelons pour nous sécher et nous rhabiller mais sommes toujours aussi contents d’être là…

Nous quittons le site et traversons les montagnes, mais cette fois de jour. Nous nous arrêtons près d’ une rivière gelée. Le décor est très joli entre l’eau, les herbes jaunes, les roches rouges et le ciel toujours aussi bleu.

Ensuite, un dernier arrêt est prévu dans un petit village, Macchuca où une dizaine de maisons élèvent des lamas. Cet arrêt est clairement de trop car tous les bus s’y retrouvent à la même heure. La cohorte de touristes débarque et s’attroupe pour manger des brochettes de lama. Autre activité: la prise de photos d’un lama en train de boire le biberon de lait moyennant finance. C’est triste à voir. Alors, nous nous éloignons rapidement du troupeau et nous nous retrouvons sur les bords d’une petite rivière toute gelée en surface. L’eau s’agite en-dessous. Le décor est somptueux et nous sommes seuls sur le site.

Puis, nous rentrons sur San Pedro pour une douche chaude, un peu de lessive et une séance poterie pour les enfants. Avec de l’argile prélevée dans la vallée de la Muerte, les enfants confectionnent quelques objets. Ils sont ravis et très occupés par cette nouvelle activité. Seb les aide à faire cuire leurs travaux.

Puis, nous devons nous atteler à la rédaction du blog! En ce moment, c’est vraiment difficile pour nous de le tenir à jour. Nous faisons des milliers de choses chaque jour et ce depuis des mois et nous n’avons pas le courage de rédiger après de longues journées bien chargées… Cela nous demande beaucoup d’effort, d’énergie et de temps. Mais nous savons que c’est la trace écrite de nos aventures. Nous serons heureux de nous relire un jour.

Dans l’après-midi, les filles vont faire un tour ensemble. Elles font du repérage shopping. Les garçons, quant à eux, sont tranquillement installés dans le jardin de l’hôtel en train de jouer au monopoly. Au retour de leur promenade, les filles jouent au ping-pong. Nous savourons ces moments-là, c’est très sympa. Nous reprenons le temps de jouer un peu avec nos enfants.

En fin de journée, ils travaillent. Et nous faisons la connaissance de deux français, Arnaud et Benoit qui voyagent pendant six mois en Amérique du sud. Nous passons un agréable moment en leur compagnie.

3 réflexions au sujet de « Les Geysers de Tatio »

  1. Quand je suis monté voir les geysers de Tatio, seul car Michèle appréhendait le voyage en 4×4, c’était l’été et pourtant, au sommet, la température était négative. Le parcours avait été long et difficile, nous étions 6 ou 7 entassés tant bien que mal. Mais il est vrai que le spectacle est grandiose ! Et les paysages, quand on redescend vers San Pedro, magnifiques !
    Gérard Chiron

    1. Ben oui, on fait avec la moyen du bord. On avait un four déjà ce qui est exceptionnel.
      Sinon on l’aurait fait au micro onde, ou au BBQ 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *