Plongée à l’Ile de Paques

Lundi 12 Avril

Nous passons notre dernière journée sur l’île de Pâques et pour clore le séjour, Seb décide d’aller plonger. Après la Polynésie, pourquoi pas! L’objectif n’est pas de comparer avec la faune et la flore de Polynésie, mais plus de profiter de la visibilité sous-marine soit disant exceptionnelle. Rapidement, Seb comprend que les conditions seront moins agréables que ses dernières plongées. La combinaison intégrale est un signal fort! 20°, c’est froid en plongée. Surtout après les mauvaises habitudes de Polynésie à 29°. Dès la bascule arrière, c’est saisissant. De plus, ce matin, le soleil n’est pas au rendez-vous donc la luminosité n’est pas exceptionnelle. Mais effectivement, la visibilité est étonnante. Il est possible de voir loin et ce qui est près est vraiment net. C’est très agréable. L’objectif de la plongée, c’est d’aller sur le site où un Moai est tombé d’un bateau. Le Moai en place est désormais en béton. Rien de magique donc mais la plongée reste marrante. Seb croise beaucoup de poissons flûte, de poissons coffre, quelques spécimens inconnus et deux magnifiques petites murènes. Il découvre que l’on consomme énormément d’air pour se réchauffer. La plongée ne dure que 30 minutes au lieu des 55 à 60 minutes habituellement (même si ici les bouteilles sont plus petites).

Toute la famille se retrouve sur le port pour le déjeuner. Nous nous installons au restaurant le Bout du Monde. Effectivement, ce resto porte bien son nom: nous n’en sommes pas loin. La patronne d’origine française nous accueille chaleureusement et nous papotons ensemble. Elle nous fait remarquer qu’elle a vu pas mal de familles tour du mondiste en 2008 mais nettement moins depuis. Effet crise économique? Le repas est succulent : poisson avec une sauce à la vanille, purée de légumes locaux, le tout présenté avec finesse. Nous apprécions …

Après le déjeuner, nous nous promenons dans le village et le long de la côte. Les enfants ont envie de se reposer. Alors, nous les ramenons au logis et repartons tous les deux. Nous allons à la poste avec un sac à dos rempli. Nous renvoyons 13kg en France : palmes, masques, tubas, quelques affaires d’été, livre, l’Olympus encore en panne (on fera certainement un chapitre sur l’appareil photo soit-disant étanche). Bref, on s’allège et c’est bien agréable. Nous espérons que cela arrive à bon port à Montgeron. Pour le moment, tous nos colis sont bien arrivés.

Ensuite, les enfants ont droit à une petite séance de travail et nous prenons notre dernier repas dans la pension de Lionel et Tita. Les repas sont toujours copieux et délicieux. Lionel a repéré que Seb apprécie le vin. Il nous sert donc un bon petit vin rouge Chilien. C’est bien appréciable. Nous aurons ainsi dégusté le cépage Carmenère d’origine française, mais ayant disparu de notre territoire après le phylloxéra. Au Chili, le cépage est resté intact. De plus, il semble être la valeur qui monte et c’est peut-être bientôt le cépage noble du Chili. Bref, nous passons un agréable moment lors des repas pris en commun.

Une réflexion au sujet de « Plongée à l’Ile de Paques »

  1. Hello Seb, j’espère que tu as bien profité des requins locaux car chez IBM tu verras les requins tigres et les requins gris vont vite te manquer…

    Ici les requins sont d’une espèce plus dangereuses!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *