Plongée épave

Vendredi 2 octobre

Seb réalise le matin la plongée Advanced : Peak Performance Boyancy à savoir la flottabilité. Idem, lecture d’un chapitre du livre Padi Advanced, réponses aux questions, debrief avec le moniteur et exercice sous l’eau. L’idée est d’avoir un parfait contrôle de sa flottabilité sous l’eau pour minimiser la consommation d’air, optimiser ses déplacements, rester en équilibre pour mieux voir. Les exercices sont ludiques : Se mettre en position Yoga sous l’eau et maintenir le niveau. Le moniteur ajoute ou retire des poids. Évidemment, interdiction d’utiliser les bras. Tout se fait avec la respiration et le volume d’air dans les poumons. Autre exercice , passer derrière un obstacle la tête en bas rester immobile et recopier une série de chiffre sur une ardoise, les pieds en l’air donc. Également, passer à travers une série de cerceaux sans les embarquer évidemment. Pas facile. Etc…

L’après-midi, Stef et Seb ont prévu de plonger sur le Sugar Wreck : épave datant de 2001 reposant à 20 m de fond. Il paraît que la flore et la faune y est déjà bien installées. Seb doit lire son chapitre et a un débrief spécial concernant les épaves. Le courant est souvent important sur le site, ce qui est bien pour le développement des coraux, mais moins bien pour les plongeurs. Nous partons en petit groupe. C’est déjà la fin de saison. Nous sommes ici vraiment tranquilles. 2 moniteurs pour 4 plongeurs. Dès que nous plongeons, nous nous agrippons à une corde de descente car le courant est fort en surface. Mais dès que nous passons derrière l’épave, c’est le calme absolu. L’épave est splendide, déjà toute recouverte d’algues, de moules géantes, de coquillages … et des milliers, dizaines de milliers de poissons. Nous pouvons entrer dans la partie qui stockait les conteneurs. Il y fait très sombre, très calme et toute la coque est recouverte. 2 gros barracuda s’y promènent. Il est d’ailleurs étonnant de les voir nager en suivant les parois et donc à l’envers!

Avec le moniteur, Seb descend à 20m. La visibilité devient médiocre, moins de 3 m. L’ambiance est autre. Il fait plus froid. On n’y voit rien même pas le fond recouvert d’oursins. La gestion de sa flottabilité est indispensable entre l’épave avec ses dangers potentiels et les oursins! Dans cette obscurité, nous découvrons de nombreux poissons scorpions et un petit requin. Bref, keep cool! Nous slalomons dans l’épave, c’est un vrai régal. Un peu plus haut, nous voyons une trentaine d’énormes Puffer Fish que nous pouvons approcher de très près. Nous voyons aussi de très beaux Spade Fish. Voilà, Seb est certifié Advanced PADI Diver.

Bref, nous passons un excellent moment. Nous réalisons la chance de que nous avons de vivre à fond notre projet. Nous vivons des sensations et des émotions fortes au quotidien.

Enfin, chaque jour, nous nous baignons sur la plus belle plage de l’île, tout en longueur, sable blanc et piscine d’eau verte au fond sablonneux. Un vrai bain chaud! Pour les repas, nous varions les plaisirs. Nous passons d’un restaurant à un autre : BBQ, plats locaux, Western meals. Et le tout, les pieds dans le sable. Les journées sont tranquilles.

Nous ne dormons pas très bien dans notre bungalow sur pilotis où la chaleur est écrasante et moite. Les moustiques sont nos ennemis. La chasse est lancée à la tombée de la nuit. Nous rencontrons différentes bêtes sur cette île. La plus étonnante pour Emma fut le Flying Fox. Un genre d’écureuil de 50 cm de long avec des ailes comme les chauves souris. Il est passé sous nos yeux à 20 cm pour atteindre le tronc du palmier en face de nous. Quelle surprise! Impressionnant! Nous avons aussi croisé plusieurs fois un lézard de plus d’un mètre cinquante qui sortait d’en-dessous de la maison. Les chauves souris nous tenaient compagnie tous les soirs. Les tropiques quoi!

Le soir, nous apprenons par mail le décès de Christian : meilleur ami des parents de Seb. Nous pensons très fort à sa famille et aux parents de Seb.

5 réflexions sur « Plongée épave »

  1. vous ne voulez pas nous faire des répertoires « sous l’eau », « faune terrestre » et « flore terrestre »?
    Ca commence a faire pas mal de bébêtes tout ca!
    🙂

    1. Effectivement, il faudrait « taggé » les photos, mais cela prend trop de temps et déjà le blog en consomme, avec plaisir, mais en consomme…

  2. eh… est-ce que ça vous intéresserait une description détaillée de ma descente dans les eaux profondes du MONOPRIX de st germain en laye ?? sa faune, sa flore, ses visiteurs… lol tant de choses à voir : les nouveautés du rayon « cuisine exotique », les ruptures de stock du rayon yaourts… les courses de vitesse vers la caisse la moins occupée des mamies à cabas…
    non ? pffffff bon d’accord, pas très exotique tout ça, je reconnais… allez, je retourne à la lecture de vos billets, beaucoup plus instructifs, dépaysants et au moins, eux, ils font rêver… bravo Seb pour tes performances en plongée… et euh, je pense que je vais attendre un peu avant de montrer les photos de classe de Emma et Mathéo aux filles… d’ici à ce qu’elle nous réclament un tour du monde pour avoir cours sur la plage… le rêve… La grosse bise à tous les 4 !

    1. Of course cela nous intéresse.
      Monop nous manque. Nous n’y avions pas pensé mais maintenant que tu en parles, c’est clair.
      Bises à vous 5

Répondre à Corinne Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.