Ubud

Lundi 31 Août

Après un bon petit déjeuner composé de tartines beurrées et d’une belle assiette de fruits, nous sommes allés nous perdre dans les ruelles d’Ubud. Nous tombons sur une école. Nous décidons d’y entrer. Nous découvrons différentes classes de différents niveaux de type primaire. Les enfants sont nombreux dans les classes : une petite quarantaine. Ils sont par deux, assis derrière des pupitres en bois. A part les enfants, les classes sont vides. Peu ou pas d’affichage sur les murs, ni de décoration. Le tableau est sur un trépied. Le bureau de l’enseignant est une simple table et assez éloignée des enfants. Stef rentre dans une classe pour se présenter. Les enfants sont heureux d’être photographiés. Stef est vraiment contente de vivre ce moment fort. Les élèves sortent en récré. Ils ne sont pas farouches. Comme collation, ce sont des jus sucrés et des paquets de chips et cacahouètes. Pas très équilibré. Stef entre en contact avec 3-4 enseignantes. C’est très intéressant. Certaines ne parlent pas du tout l’anglais. L’une d’entre elle est justement en train d’enseigner l’anglais, les bases. Mais quand Stef lui parle, elle ne comprend pas grand chose! Strange!

Ensuite, nous allons nous balader dans les rizières au nord de la ville à deux pas des artères vivantes. Nous y trouvons le calme, la vie des paysans. Mathéo tombe à deux fois dans les rizières un pied puis l’autre. Les Geox sont méconnaissables. Nous marchons librement à travers les rizières sur une bande de terre large de 25 cm maximum.

Les enfants voient les noix de coco. Une paysanne nous en propose une moyennant petite finance. Nous goûtons au lait de noix de coco fraîchement coupée sous nos yeux. C’est rafraîchissant et un peu écœurant si on en boit de trop.

Puis, nous nous installons près d’un paysan. En fond sonore, les gamelans (orchestre de xylophones)! Pas loin, les étudiants s’entraînent. C’est magique! Entre la musique, le petit vent, les bruissements des rizières et les mini éoliennes aux personnages qui tapotent, et bien sûr les rizières à perte de vue, c’est le bonheur!

Emma & Mathéo aident un paysan qui coupe son herbe à la serpette. Les enfants ramassent l’herbe et remplissent un panier. Chacun leur tour, ils récupèrent l’herbe. Impossible d’être à deux sur le chemin étroit. Quand le panier est plein, Mathéo va prévenir le paysan mais Emma est encore sur le chemin. Emma tombe dans la rizière. C’est la cata! Elle pleure. Elle est trempée: pieds, jambes, fesses et pleine de boue. En soi, ce n’est pas grave. Mais ce n’est pas très agréable… Nous allons la rincer à la rivière. Elle est propre comme un sou neuf. Au moment où Stef nettoie Emma, qui voit on? Delphine de la formation PADI. La veille, nous l’avions aussi croisée avec 2 autres collègues du PADI en haut du mont Batur. Quelle coïncidence! Si Emma n’était tombée dans la rizière, nous ne l’aurions certainement pas croisée de nouveau.

Nous prenons le chemin de retour, tous les 5. Nous décidons de retrouver Delphine pour le goûter au Tropical View, pour manger une crêpe avec vue sur les rizières. Sera-t-elle est au Rendez Vous? Nous prenons un citron chaud & une orangeade chaude et testons les gâteaux: Apple cake un peu rassis et un Lemon Crumble fondant qui est succulent! Nous papotons pendant 2h30 autour de ce délicieux goûter et de cette vue adorable. Un très très bon moment entre voyageurs. Nous nous sommes montrés quelques photos. Les canards des rizières sont raccompagnés par le paysan dans leur dortoir. Les Moustiques commencent à attaquer, c’était l’heure de se quitter. Echange d’email, elle habite à La Haye au Pays- bas. Peut-être que nous nous recroiserons un jour…

Diner c/o Dian Restaurant, resto du GdR, très bon, pas trop cher et surtout à deux pas de chez nous. Parfait. Car le soir tout le monde est fatigué.

Mardi 1 septembre,

Nous sommes en septembre, bientôt un mois que nous sommes partis. Les journées sont riches, longues et bien remplies? Nous n’avons pas le temps de nous ennuyer. Ce matin, notre guide Agung passe nous voir pour nous proposer une excursion à la journée à partager avec un couple de français. Le tour qu’il nous propose nous tente bien car nous avions l’intention de la faire mais avec une voiture de location. Le hic! Partager la voiture avec des personnes que l’on ne connait pas… Sait-on jamais!

Nous tentons l’expérience. Il s’avère que c’est un couple de jeunes: Pauline et Olivier, français très sympas, calmes, arrangeants…

Nous visitons un premier temple Pujung, avec ses petits pavillons, des mares avec des sculptures, des coqs dans des cages à oiseaux…Puis nous voyons un ensemble de bains publics mais personne ne s’y baigne au moment de la visite. Nous poursuivons notre vadrouille en visitant la célèbre source Tirta Empul. Cette source sacrée attire chaque jour des dizaines de cars de pèlerins qui viennent se purifier dans les eaux miraculeuses de ce Lourdes local.

On pénètre dans un ensemble de temples disséminés dans des cours successives, agrémentées de bassins, de fontaines où coulent les eaux sacrées. Chaque pèlerin trempe son visage, ses cheveux dans chacune des fontaines. C’est du fond du grand bassin que sort la source par petits bouillonnements. C’est cette arrivée par le sol qui confère la dimension divine à cette source.

Les eaux de Tirta Empul passent pour avoir des pouvoirs magiques de guérison et de survie. L’endroit est d’autant plus populaire que le président Sukarno y fit construire une résidence secondaire, moderne, surplombant le site.

Nous poursuivons notre chemin en direction du Mont Batur, celui que nous avons grimpé deux jours avant. Les français qui nous accompagnent souhaitent le voir. Nous nous arrêtons pour admirer la vue depuis un belvédère. Nous sommes harcelés de tous côtés par des enfants qui souhaitent nous vendre des bijoux, des femmes aux paniers garnis de fruits et des hommes aux boîtes en bois sculpté contenant des peintures de sable aux silhouettes de bouddhas, de dieux et autres…

Seb craque et finit par acheter des fruits à une femme qui avait déjà préparé le terrain en m’offrant un ou deux fruits. C’est jamais gratuit ici…

L’estomac commence à gargouiller. Le guide nous propose un resto avec vue sur le Mont Batur. Bof. Cela ne nous dit rien, le ciel est encombré. Nous decidons de sortir du resto et de se rapprocher du site de Besakih. Là, il s’arrete dans un resto réservé aux touristes avec buffet à volonté…. Les hotes sont plutôt sympa, souriants. Les enfants se régalent avec les brochettes au saté, un comme au resto japonais. Il commence à pleuvoir. Ce sont les tropiques. Le vert de la jungle prend une autre dimension. Les feuilles sont brillantes.

Besakih : dernier site à visiter pour la journée. C’est le plus grand et le plus vénére de Bali. Nous y arrivons avec les trombes d’eau. On ne vois plus à 10m. Beaucoup de pélerins sur place. Depuis le restaurant, nous avions vu le cortège de camions les transportants. Nous pensions que c’était un mariage. Et bien non! Une cérémonie. LA religion est extremement présente dans le quotidien des balinais. Soit ils préparent les offrandes, soit les femmes les déposent : fleurs, encens dans des petites corbeilles carrés: dans les écoles, les hotels, les magasins, dans la voitures, … Everywhere!

Le temple est magnifique, des mérus à 11 étages, temple résérvé aux princes, aux castes supérieurs…. Un énorme escalier central avec d’un coté des statues de pierre exprimant les esprits du mal et de l’autre le bien. Malheureusement nous n’avons pas pu admirer la vue à cause de la météo.

Il pleut, il pleut, il pleut… Nous rentrons à la voiture et prenons le chemin du retour.

Arrivés dans le bungalow, petite douche et nous repartons au cyber café pour réserver l’hôtel pour le lendemain à Lombok. Nous laissons les enfants sur place. Ils sont contents, ils jouent à la DS. Le bonheur quoi! Ensuite Stef et Emma partent faire quelques boutiques repérées déjà auparavant. Les filles prennent les talky Walky qui marchent parfaitement bien dans Ubud.

La famille se retrouve un peu plus tard directement devant le resto , un nouveau warung où les plats sont joliement présentés dans des feuilles de bananiers. C’est très bon. Le cadre est sympathique. Nous rentrons préparer et ranger les affaires car demain départ pour Lombok. Dernière petite douche en compagnie des poissons rouges, jaunes et bleus.

2 réflexions au sujet de « Ubud »

  1. bonjour,
    je trouve si interressante votre aventure !! voila, j’aimerai faire une note dans mon blog sur vous pour que d’autres personnes bénéficient de votre expérience et à travers vous découvrent comme moi d’autres pays . m’y autorisez vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *