Waterworks

Samedi 20 mars

Ce matin, nous profitons de la belle plage juste à côté de notre camping. Le sable a de jolis reflets roses grâce aux brisures de coquillages. Les garçons se baignent, font de bonnes parties de croche-pattes et de lancers de sable. Comme toujours, ces vilains jeux finissent mal… Impossible de s’arrêter!

Stef bouquine sur la plage, elle finit doucement son bouquin: Swahili for the broken-hearted. C’est l’histoire d’un gars qui traverse l’Afrique en transports locaux après une rupture amoureuse. C’est intéressant et surtout très plaisant de lire en anglais.

Le soleil tape fort. Nous déjeunons en bord de plage à l’abri dans notre camping-car. Puis, nous prenons la route direction Coromandel.

La route n’est pas spécialement jolie. C’est un peu décevant. Et les kilomètres commencent à se faire sentir. Nous devenons donc un peu exigeants. Près de Coromandel, nous nous arrêtons à Waterworks, base de loisirs essentiellement sur le thème de l’eau.

C’est extra! Nous nous amusons comme des fous: Tyroliennes, vélos pompes à eau, vélos suspendus, roue du hamster, siège bouclier pivotant et crachant de l’eau, rigoles et circuit pour des courses de bateaux…

Nous sommes de vrais gamins dans cet univers très original et créatif. Tout est conçu avec de la récup. Le proprio et sa femme péruvienne et artiste sont les créateurs de ce site.

Les petits comme les grands sont ravis de leur après-midi.

Nous passons par la ville de Coromandel. C’est tout petit et mort. Nous devions y faire une nuit mais nous décidons de prendre la route et d’avancer notre trajet. Nous cherchons un camping sauvage mais il n’y a rien sur la route ou seulement quelques endroits un peu glauques. Alors nous poursuivons. Il commence à faire nuit, il est 20H30 et nous roulons, roulons, roulons.

Enfin, nous arrivons à Auckland. Mais à cette heure-ci, le camping Top 10 est fermé!!! Et il y a une barrière. Que faire? Seb essaie de récupérer le code et filou comme il est, il y parvient. Stef, pas fière, ne bronche pas. Ce n’est pas dans ses habitudes d’enfreindre les règles… Mais il est tard et nous n’avons toujours pas dîné. Nous ferons l’enregistrement et paierons demain matin au réveil.

Il n’y a pas mort d’hommes mais Stef a tout de même du mal à s’endormir…

Seb ronfle déjà. La route fut longue!

Une réflexion sur « Waterworks »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *