Yangon Bangkok SiemReap

Lundi 16 novembre

Nous quittons le Myanmar au bout de 19 jours. Le timing était parfait. Nous sommes très très contents de notre séjour. Les birmans ont été adorables avec nous. Désormais, nous sommes ravis de découvrir autre chose.

La matinée est très tranquille. Nous profitons de notre connexion internet pour publier les billets sur le blog. Les enfants travaillent aussi. Rangement des sacs et transfert en taxi vers l’aéroport. Nous sommes cette fois-ci à l’aéroport international. C’est déjà un peu plus sérieux. Check-in, Sécurité, taxe de départ (10$) et douane. Peu d’attente pour notre vol avec Bangkok Airways en direction de Bangkok, une heure trente d’escale et deuxième vol Bangkok Airways pour Siem Reap au Cambodge. Les bagages vont-ils suivre?

Nous profitons de l’aéroport de Bangkok pour faire une petite course importante : Le cadeau pour les 8 ans de Mathéo le 3 décembre. Surprise, surprise… Nous faisons aussi le plein de chocolat et de sucreries.

Le deuxième vol est à l’heure. C’est agréable. Pour le moment, tous nos vols se sont parfaitement déroulés. Nous arrivons à Siem Reap. Mathéo nous fait remarquer la petitesse de l’aéroport. Il est 20h et nous sommes les seuls sur le tarmac. C’est très calme. Nous faisons nos visas à l’arrivée. 20$ ou 25€ par personne. Cherchez l’erreur! On paye en dollars évidemment!

Nous prenons le taxi 10$ . Prix fixe, c’est du vol. La ville n’est pas loin. Le chauffeur est gentil au départ, puis il devient soûlant de parole par la suite. Il n’a qu’une idée en tête, nous emmener dans les hôtels où il touche une commission. Nous sommes obligés d’être extrêmement fermes pour qu’il nous dépose à l’adresse souhaitée. Malheureusement, le premier hôtel est plein et le deuxième aussi. Le troisième sera le bon. C’est une Guesthouse tenue par un suédois avec une ambiance de routards, bar, musique et bibliothèque. Nous signons pour une grande triple pour 15$ avec Wifi gratuit. C’est parfait! Le taxi nous lâche dans la nuit noire.

Nous nous installons et nous nous couchons sur le champs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.