En Piste

Mercredi 27 janvier

Après la fatigue des deux derniers jours, nous prenons notre temps ce matin. Nous nous réveillons « tardivement » et prenons un bon petit déjeuner dans notre motel. Nous décollons à 10h, faisons le plein d’essence (très important lorsque nous traversons le désert) et partons pour 400km. Au bout de 10km, nous nous apercevons que nous avons oublié de faire le check out du motel. Nous faisons demi tout et rendons les clés.

Nous avons le choix entre deux routes. La première avec 100km de plus mais goudronnée et la deuxième plus courte, isolée et non goudronnée. Nous décidons d’attaquer la piste. Seb est très concentré car même si notre voiture est rehaussée, ce n’est pas un 4X4. Donc, il vaut mieux éviter de s’enliser au milieu de nulle part. Sur les 100km de piste, nous avons croisé personne. C’est un peu impressionnant! La piste est plutôt agréable à rouler. Mieux vaut rouler vite pour absorber les secousses. A faible allure, nous sommes trop secoués. A mi-parcours, nous devons traverser une rivière asséchée mais remplie de sable. Seb choisit l’option avec élan. Nous accélérons en espérant traverser le gué. Le sable nous ralentit, la voiture fait un écart mais nous arrivons de l’autre côté. Ouf!…

Vers la fin du trajet, nous avons la possibilité de visiter un cratère de météorite. Nous y sommes seuls. Il fait plus de 40°C et il n’y a pas d’ombre à l’horizon. Le cratère est à 10 minutes à pied . La chaleur est terrible. Enfin, le spectacle en vaut la chandelle. Effectivement, nous découvrons un cratère de plus de 100 m de large avec une multitude de couleurs de roches stratifiées. La végétation a repris le dessus et elle pousse dans le fond de cet énorme trou. A coté, une source d’eau s’est créée après la déformation produite par la météorite. Nous en faisons le tour et admirons le désert qui nous entoure. C’est avec soulagement que nous retournons dans notre enceinte climatisée!

Nous retrouvons très rapidement la route goudronnée traçant vers le nord. Nous sommes de retour à Alice Springs, ville fantôme des aborigènes. Nous sourions car nous avons déjà nos repères ici. Nous nous sentons un peu comme chez nous ;-). Nous retournons dans le même motel, déposons les bagages et plongeons collectivement dans la piscine.

Les Le Sauce nous ont prêté leur tondeuse électrique. Ainsi, Stéphanie fait une beauté à son chéri.

Le soir, nous les retrouvons pour notre dernier BBQ ensemble. Ils partent le lendemain pour Sydney. Nous ne nous reverrons plus avant notre retour en France.

3 réflexions sur « En Piste »

  1. impressionnant ces grandes distances sans croiser personne,….

    mdr pour le coup de l’oubli du check out, thanks god c’etait seulement en tout debut de trajet que vous avez oublie !

    40 degres, j’hallucine… vous devez vous couvrir de creme solaire ou quoi? car c’est soit ca soit tu mets des manches mais tu meurs de chaleur… (je me recapepete… j’ai deja pose la question dans un autre comment!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.